Mot-clé - téléphonie

Fil des billets

mercredi, janvier 11 2012

Free Mobile déstabilise les opérateurs en France

Le fournisseur d'accès internet Free a dévoilé hier ses offres en téléphonie mobile, après une bataille juridique intéressante. Très agressives, ces offres veulent faire réagit les consommateurs et la concurrence.

L'une des offres à 19,99 euros par mois (15,99 pour les abonnés Free) avec des appels illimités et l'autre à 2 euros pour 1 heure de communication font réfléchir bien des consommateurs.

L'offre à 19,99 propose des appels illimités vers les fixes et mobiles métropolitains, appels illimités vers les fixes des départements d'Outre Mer, appels illimités vers 40 destinations à l'international, SMS / MMS illimités, FreeWifi illimité Data 3G jusqu'à 3Go).

Un forfait 1h de communication et 60 sms est proposé pour 2 euros (gratuit pour les abonnés de FREE). Si vous avez un téléphone débloqué, vous pourrez y insérer la puce Free. Pour le moment, il est destiné aux premiers 3 millions d'inscrits.

L'annonce faite par Xavier Niel (PDG de Free), qu'on appelle déjà le Steve Jobs made in France, veut clairement casser les prix des forfaits en France, qui sont parmi les plus chers ! Free a déjà contribué par le passé à la baisse des prix des abonnements Internet et les communications illimitées en téléphonie fixe ont obligé les autres à s'aligner.

En attendant, Orange, SFR et les autres communiquent... en assurant qu'ils vont proposer quelque chose. Xavier Niel jubile, le site de Free est saturé, tout comme les hotlines et services clientèle de... la concurrence.

Une petite vidéo pour donner une idée, avec une interview de Xavier Niel par le figaro, qui propose un simulateur (lien plus bas) pour calculer l'économie réalisée :

Le site Free mobile, pour en savoir plus et lire ce qui est écrit en petit

Le simulateur de changement d'opérateur (lefigaro.fr)

samedi, juin 18 2011

Microsoft obtient le feu vert pour le rachat de Skype

5601576_300.jpg

C'est officiel La Federal Trade Commission (FTC), a autorisé vendredi le rachat de Skype par Microsoft pour la modique somme de 8,5 milliards de dollars

L'intérêt de Microsoft pour cette plate-forme, qui est déficitaire, illustre la recherche de nouvelles bases de clientèle par le géant de Redmond pour sa suite Office et son système d'exploitation Windows.

Microsoft envisage d'intégrer Skype à une large gamme de ses produits, dont son téléphone Windows et à Outlook.

Petit rappel, 145 millions de personnes chaque mois utilisent Skype et reste très apprécié des petites et moyennes entreprises.

Reste à voir ce qui restera gratuit et ce qui passera au payant...