google-ico.png On les regroupe. ;-)

D'abord Google se porte bien, avec ses 200 000 smartphones sous Android activés chaque jour (contre 100 000 en mai, excusez du peu). Android est en forme et s'est hissé à la première place des OS de téléphones aux Etats-Unis (34%), devant RIM (BlackBerry, 31%) et iOS (Apple, 21%).

Motorola, Sony, Samsung et LG n'y sont sans doute pas pour rien non plus, mais les campagnes de Google, les annonces et effets d'annonces aident. La guerre est ouverte, et s'articulera sans doute autour des revenus de la publicité mobile...

Parlant d'annonces, Google vient de mettre fin à son service collaboratif Wave, qui avait fait l'objet de multiples annonces. Apparemment, il n'y aurait pas assez de public pour ce type d'outils, sous sa forme actuelle... enfin passée. Google a toujours fait des essais et lancé quantité d'outils, l'été est souvent le moment d'un petit coup de balai.

Google se concentre donc sur des marchés plus porteurs, comme la télévision, qui "demain" sera reliée à Internet. Apple est sur les rangs, voilà qui sent bon la publicité, la VOD et du ciblage.

Plus étonnant, inquiétant pour certains, l'attitude de Google face à la neutralité du net, dont on parle beaucoup en ce moment. Google se serait rapproché de Verizon pour afficher en priorité les vidéos de YouTube. Concrètement, cela veut dire que quand le réseau est encombré ou lent, YouTube ne le serait pas, grâce à un système de priorité, pendant que le reste peut ramer. Un Internet à deux vitesses ?

Google dément tout accord financier (mais pas les négociations) et se positionne toujours officiellement pour un "Internet ouvert". Internet fonctionne théoriquement sans priorités, en fonction des contenus et de leur destination. Les seules priorités actuelles sont les quotas de bande passante alloués à la télévision sur IP de nos fournisseurs, mais sans distinction de contenu.

Lourd de conséquences, ce système pourrait mettre fin, à terme à l'internet illimité au profit d'un Internet tarifé (comme les chaînes de télévision, on zappe sur un canal payant), ceci pour garantir un réseau qui ne ramerait pas aux heures de pointe...

Compléments :
Eric Schmidt, CEO de Google, parlant d'Android (YouTube)
Article sur TSR.ch, à propos de la neutralité et de Google