Vanish l'ardoise magique du web?

PicPick

Vanish
Trouvé cet utilitaire aux propriétés détachantes et explosives au travers de mes pérégrinations sur le net. Je vous livre à froid un premier décryptage des caractéristiques étonnantes de ce logiciel qui risque de faire parler de lui.

Comme son cousin le détachant, Vanish ne laisse à priori selon son auteur, aucune chance aux tâches tenaces dans vos textes! Par son système d'encapsulage, il offre une solution à première vue chatoyante, pour préserver votre vie privée.

En informatique et surtout à travers toute communication par le Web, il est pratiquement impossible de laisser son passé derrière soi. Messages sur les forums, e-mail, messages sur Facebook, images compromettantes, peuvent refaire surface au cours d'une entrevue, d'un entretien d'embauche, lors d'une perte ou d'un vol de portable, dans une procédure judiciaire, etc. Des détails embarrassants de votre passé peuvent ainsi remonter à la surface à votre grande surprise.

Vanish est un système conçu pour donner aux utilisateurs des outils de communication du web, le contrôle de la durée de vie de leurs données stockées sur le web ou dans les entrailles des systèmes informatiques planétaires. Plus précisément, toutes les copies des données cryptées par Vanish, même archivés ou mises en cache, deviendront illisibles en permanence à un moment précis, sans action de votre part ou de toute autre personne. Un peu à la façon des ardoises magiques de notre enfance.

Un utilisateur de Vanish peut donc créer un e-mail, un document, un Google Doc, un message sur Facebook, un commentaire sur un blog, en précisant que le document ou le message devra disparaître dans les 8 heures. Avant que ce délai arrive à expiration, toute personne qui a accès aux données, pourra bien sûr lire ce qui a été écrit, mais après le délai d'expiration, personne ne pourra plus le déchiffrer, ni l'utilisateur, ni les robots de Google, ni Facebook, aucun hacker, ni quelqu'un qui obtiendrait un mandat pour accéder aux données, et même pas Dieu semble-t-il... Ces données, indépendamment de l'endroit où elles sont stockées ou archivées, s'auto-détruisent de façon permanente en devenant simplement illisibles.

Quand à la question de la légalité du système, les créateurs de Vanish répondent être avec leur outil, en avance sur le droit et que n'étant pas des avocats, ils ne peuvent donc répondre à cette question. Que cela dépend aussi de l'endroit où vous vivez. Il semblerait qu'aux États-Unis, à supposer que l'utilisateur ne soit impliqué dans une procédure judiciaire, cela soit légal. Hum... un outil qui risque donc de faire couler beaucoup d'encre...

Disponible sous forme de plugin pour Firefox, une version Thunderbird et Outlook pourrait aussi voir le jour.

Question? Un usage à outrance de ce genre d'outil, ne risque-t-il pas dans un proche avenir, de rendre le web aussi difficile à déchiffrer que la pierre de Rosette pour Champollion.

pierre de Rosette

Homepage Vanish

Commentaires

1. Le mardi, juillet 28 2009, 13:33 par s-cube

aux tâches tenaces ou aux taches tenaces?
C'est le alzeimer des données stockées sur le web ou dans les entrailles des systèmes informatiques planétaires.

2. Le lundi, août 3 2009, 22:23 par mandrake

Testé mais bof...
Il faut crypter le message (le crypt apparaît en pop-up) puis le copier/coller dans le mail, l'envoyer, et celui qui le reçoit doit posséder également Vanish pour le lire...uniquement sous firefox...
Je le désinstalle, procèdure trop longue, il y a déjà des logiciels de cryptage de ce type sans devoir passer par des serveurs de peer-to-peer...C'est peut-être moins puissant côté algorhytme, mais bon, on envoie pas tous les jours des données sensibles dans ses mails ou sur des forums...

Cordialement,

Mandrake.

3. Le lundi, août 3 2009, 23:00 par Falkra

Il me semble difficile de demander qu'un logiciel de cryptage ne soit pas installé à la fois par l'expéditeur et le destinataire, d'un point de vue logique.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet